dimanche 7 décembre 2008

Insomniaque


Nuit blanche, agitée, fragile et sans rêve.

Depuis quelque temps, j’ai du mal à dormir.

Mon corps, mes yeux et ma concentration comme
ncent à s’en ressentir. Faut que je trouve le moyen de récupérer. De dormir. J’ai l’impression de régresser, à l’image du nourrisson dont la mère (exténuée par le manque de sommeil) rêve de le voir passer ses nuits complètes.

Mouais. Je ne suis plus un bébé pourtant. 0_o

L’insomnie, elle, n’en a cure. Furtivement, e
lle prend possession de mes nuits. Engloutis le peu d’énergie qu’il me reste. S’installe confortablement dans mon lit, manipule mes habitudes. C’est rendu que chaque nuit, invariablement, je me réveille à 4 h. Pile.

C’est pas des farces!

Je ferme les yeux, essaie de combattre l’apparition du réveil précoce. Tourne d’un bord, tourne de l’autre, inspire et expire cinquante fois, compte les moutons et ballons, mais ça ne sert à rien. Ma cervelle part en cavale, je suis incapable de la maîtriser. Je refoule l’envie de me lever. Si je fais ça, je vais le regretter. Je ne serais pas parlable au boulot…

Je suis dans de beaux draps, n’est-ce pas? ;o)

Pardons. Vous dites? Ai-je des soucis? Non… Qu’est-ce
qui me préoccupe? Rien d’important… Certain? Heu… Ben là, vous ne pensez pas que je vais vous dévoiler mes états d’âme. Comme ça, au grand jour. ;P

N’empêche que j’en ai parlé à un ami pharmacien. Il m’a demandé mon âge. 47 ans que je lui ai répondu. C’est quoi le rapport, me direz vous?

— Eh bien, un simple déséquilibre hormonal, a-t-il pris soin de préciser. À ton âge, c’est normal.

À mon âge!?!

Oh boy!

L’idée de prendre des hormones artificielles me déplaît. Je vais continuer à boire ma tisane de camomille et à compter les moutons. Et quand je serais rendue au bout du rouleau, les deux yeux dans le même trou, nauséeuse et morte de fatigue, j’y repenserai.

2 commentaires:

Josée a dit…

Tant qu'à y être, il t'a parlé des chaleurs nocturnes? L'enfer, ma belle!

Anne Jutras a dit…

Cette chose qui te tire du lit et qui te donne l'étrange impression d'être en train de faire des longueurs de piscine?

Misère! Je connais ça itou!

Mais je ne vais pas lui demander comment éviter de faire de la natation en plein nuit, je connais déjà la réponse...

La lecture est la nourriture de l'âme.

La lecture est la nourriture de l'âme.
Un bon livre, une brise fraîche, une histoire exaltante pour nous tenir compagnie, quoi de mieux pour s'évader.